Exposition Bernard Perrot à Orléans

Bernard Perrot, l’art verrier sous Louis XIV.

L’exposition Bernard Perrot (1640-1709), Secrets et chefs-d’œuvre des verreries royales d’Orléans

Dates: Du 13 mars – 27 juin 2010
Lieu: Musée des Beaux-Arts d’Orléans
1 rue Fernand Rabier 45000 Orléans
Horaires: Tous les jours de 10h à 18h (sauf le lundi)

Découvrir le maître verrier le plus célèbre du siècle de Louis XIV, qui a contribué aux innovations techniques et artistiques du 17e siècle, c’est ce que propose le musée des Beaux-Arts en présentant une exposition consacrée à Bernardo Perrotto (1640-1709), né en Italie, immigré en France et naturalisé en 1666. Il crée la verrerie royale d’Orléans en 1668 rue Notre-Dame de Recouvrance. À l’opposé d’un inventeur isolé, Bernard Perrot, issu de la migration des verriers italiens depuis le 15e siècle, est le fruit de la longue tradition de l’art du verre pratiqué dans la péninsule.

Présentoir à confiserie, Bernard Perrot, fin du XVIIème siècle

Catalogue de l’exposition, Edition:Somogy

À l’occasion du tricentenaire de son décès, l’exposition rassemble, pour la première fois, autour de la collection du Musée historique et archéologique de l’Orléanais, près de 200 pièces prêtées par des musées et des collectionneurs français et européens.
Les études des spécialistes permettent de dévoiler au public le résultat de leurs recherches sur Perrot et l’histoire de la fabrication du verre au 17e siècle : ils révèlent les secrets de fabrication jalousement gardés sur la technique du verre plat coulé ou encore sur le fameux verre rouge transparent des anciens perdu depuis le Moyen Âge, et dont Perrot obtient l’exclusivité de la fabrication.

Verrerie de Bernard Perrot, Travail des émaux

XVIIème, debut du XVIIIème siècle

Il perfectionne aussi la porcelaine de verre (verre blanc de lait) et les émaux sur cuivre et, en 1687, invente le procédé du coulage de verre en plaque qui consiste à faire couler le verre en fusion dans des moules métalliques plats et à démouler après refroidissement pour réaliser divers objets, dont des médaillons de grande taille (40 cm pour les plus grands) représentant des personnages célèbres. Sa production d’objets de luxe est souvent liée au raffinement des arts de la table : flacons, gobelets, vases, aiguières, chandeliers, surtouts de table, manches de couverts et atteint un luxe inégalé avec une table ornée d’un plateau en marqueterie de verre qui a fait partie des collections du roi.

Flacon à parfum en verre ambré et son étui en cuir

(c) François Lauginie, Musée des beaux-arts d’orleans